150

Monsieur,

Comment allez-vous ? Que faites-vous donc, sous ce soleil de plomb ? Cela fait des jours, que dis-je, des semaines, des mois que je n’ai eu de vos nouvelles. M’avez-vous oublié ? C’est un sentiment étrange qui m’habite présentement et j’ai la douloureuse impression que, lorsque je ne vous écris, ou mieux, lorsque je me refuse à vous poser des questions, vous ne prenez pas la peine de saisir votre plume. Est-ce si ennuyeux d’enfiler les mots en pensant que c’est moi qui les lirai, amoureusement ?

J’ai pendant trop de jours, déjà rapidement, comme ça réfléchi. La solution est on ne peut plus simple. Je souhaite / J’aimerais / Je veux / J’exige que vous m’écriviez. Vous me connaissez : Je suis si curieuse. Je ne vous demande pas de roman quotidien, non. Ce serait trop beau ! Mais quelques mots rares, une phrase, peut-être – qui sait ? – une respiration saine dans ce monde brutal.

Ainsi vous seriez admirable, presqu’admiré. Ma vie deviendrait papier cul, rose et douce à la fois.

Mais déjà, voyez-vous, je m’égare.

Veuillez accepter, Monsieur, en sus de ces quelques maux mots, mes sentiments les meilleurs.

octobre 5, 2014

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.