À la frontière

Je me souvenais vaguement de ce dessin animé que je regardais enfant. Une fillette était oubliée sur une aire d’autoroute. Bloquée entre l’entrée et la sortie. Elle n’avait pas d’autre choix que de rester là, à regarder les voitures passer sur cette voie interdite aux piétons.

J’attendais au poste de contrôle que quelqu’un ou quelque chose vienne me chercher pour m’emmener à destination.

Elle travaillait dur dans la petite boutique de la station service. Du ménage à la vente, il y a toujours quelque chose à faire pour qui patiente sans espoir de secours. Elle avait appris tout ce qui pouvait être fait et connaissait par coeur les gestes, les mots. Le prix de la liberté.

Je n’aurai jamais rien à faire dans ce pays qui n’était pas mien et où seul l’uniforme donne l’accès au travail.

Elle portait les cheveux rouge en queue de cheval. Elle avait une salopette en jean qui pouvait vieillir avec elle.

Mes cheuveux fouettés par le vent volaient sans cesse autour de mon visage giflé par le froid. Un sac en bandoulière, un pull sur les épaules, des chaussures bien chaudes aux pieds. Au pire, je pourrais marcher. Si jamais l’hiver devenait insupportable et que l’envie me prenait de m’enfuir. Vers ce pont qu’on ne franchit pas en piéton. Vers ce pays pour qui déjà je ne suis plus rien. Marcher ou bien nager. Simplement sauter dans les eaux internationales et y allumer un feu de détresse. Pour qu’on vienne me chercher.

Elle avait rêvait et une mère, un père, une bonne âme revint la chercher enfant encore pour la sortir de l’aire de jeu et de repos.

Mon âme d’enfant dans mon cahier, je montais dans le bus suivant en présentant le ticket du bus précédent. Un sourire aux lèvres, le vent dans le dos.

Tout finissait toujours bien dans les rêves d’innocence.

 

#10

septembre 4, 2016

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.