Buena onda

C’était une ville sans rien de particulier. Une place rectangulaire et une église pleine de lumière. Des rues en ligne droite qui se coupaient perpendiculairement. Des vélos qui revenaient dans la poussière du sol sans bitume.

Et des sourires sur le visage des gens.

Dans les boutiques aux tissus multicolores, quelques objets en bois de cactus riaient de leur expatriation prochaine. De l’argent en bijoux aimaient à se réfléchir dans les glaces posées au hasard des vitrines. Des cartes postales promettaient le rouge et le feu, le soleil et le désert.

Mais pour cela il fallait sortir de la ville.

Sur la place verte, des arbres faisaient parfois de l’ombre aux bancs qui ronflaient de bien être. Le temps se suspendait aux branches dans l’admiration et l’orgueil des chaudes fins de journée.

Ceux qui n’avaient rien riaient et partageaient avec les autres. Et des mots étaient laissés sur les murs pour mieux goûter la saveur des empanadas.

décembre 4, 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *