Cristina

Il y a, dans le creux de la montagne, des plissures merveilleuses. Elle se cabre infiniment pour laisser glisser sur elle les glaciers et les siècles. Et quand le soleil fait fondre la roche, un sol marin et millénaire apparaît sur les rocs massifs. C’est un bout de Suède au cœur de l’Amérique.

Il faut s’y attarder pour mieux comprendre la géologie et le temps. Pour attraper la vie.

Avant l’estancia et les moutons, avant les hommes et les surfaces agricoles, avant même la montagne et les glaciers, il y avait ici la vie.

Une vie très différente de celle d’aujourd’hui, à des milliers de mètres sous la surface de l’eau. Il y avait des invertébrés et des mollusques. Des petites choses fragiles que l’on déguste aujourd’hui dans les restaurants raffinés sans penser qu’elles nous ont précédés.

Et puis l’éruption est arrivée qui a supprimé le fond de l’eau, le reléguant à plus loin, le privant d’une partie de sa vie en la fossilisant dans la roche. Et en protégeant cette histoire comme un secret, une bêtise stupide, faite sur un coup de tête et que l’on ne devrait pas raconter. C’est toute une légende cachée sous une couche de glace épaisse, juste au-dessus de la Cristina, qui joue avec le soleil. Pour éviter sa perte et sa disparition, incomprise sous les regards de l’homme.

mars 19, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.