Elles

Elles avaient vaincus toutes sortes de tentations. Il n’était pas question d’hommes mais de sacrifices. Elles avaient abandonné la vie pour le voile. Depuis si longtemps.

Elles étonnaient dans les rues par leur accoutrement. Sorties d’un siècle oublié, elles arboraient longues robes bleues et voiles sombres. Elles avaient les regards sûrs de celles qui savent. Elles avaient tellement renoncés. À leurs pieds, des sandales de marcheuses. Elles suivaient leur guide, où qu’il aille. Tranquillement.

Elles avançaient en groupe, fêtant un centenaire étrange.

Elles avaient quitté leur cloître pour admirer la beauté des bâtisses catholiques. Ces immenses demeures au Christ présent dans le tabernacle. Fiertés des millénaires passés, toujours vivantes. Résultat d’une ingéniosité sans fin inspirée par un Seigneur hors norme.

Elles savouraient une liberté qu’elles ne connaissaient pas. Elles la respiraient doucement. Elles avaient un temps qui n’existait plus à leurs pieds. Elles vivaient hors du siècle, à côté, libérés de ce qui faisait la société.

Elles étaient heureuses de leur périple au loin. Elles admiraient les vitraux et les sculptures. Les comparaisons se faisaient à voix basse sous les voûtes hautes. Au-dessus, au loin, quelque part, le Seigneur les admirait.

Elles avaient pris quelques photos et entassé d’énormes souvenirs. Bien enfouis sous le tissu. Battu par un Christ en souffrance accroché sur une croix de bois. Qu’elles ne quittaient pas. Bien en évidence, autour de leur cou, elles insistaient. Nous sommes des sœurs. Vos sœurs.

Elles restaient entre elles. Bande d’amies se reconnaissant dans un choix de vie. Elles vivaient ensemble, priaient ensemble, voyageaient ensemble. Entre elles, sans regard pour un monde qu’elles ne connaissaient pas. Elles étaient venues pour un anniversaire heureux qui méritait d’être souligné. Cent ans. L’éternité et le rien. Le temps qui reste présent dans son infinité.

Ni bougie, ni gâteau. Des sourires et quelques mots.

Elles fêtaient la congrégation et les prières. Le passé et l’avenir. Elles souhaitaient le mieux et le meilleur. Elles aspiraient à une nouveauté qu’elles hésitaient à atteindre.

Elles allaient en discuter. Entre la croyance et le silence, à deux pas d’une cathédrale haute et respectée. Entre les murs sales d’un fast-food américain. Dieu récent d’une consommation rapide et éphémère.

octobre 31, 2014

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.