Embouteillage

J’entends à la radio des gens qui font demi-tour pour ne pas se perdre. Ils sont dans la neige depuis plusieurs heures. Ils ne savent plus comment avancer. S’ils peuvent reculer. Ils ne veulent plus attendre.

Ils ne se demandent pas comment ils vivent en Russie ou en Suède. Mais je le fais pour eux.

Ils en veulent à la météo et au froid. Ils aimeraient un été sans fin. Pour pouvoir se plaindre de la chaleur et du soleil.

Ils feraient demi-tour en pestant contre les embouteillages et bison futé expliquerait qu’il est préférable, pour ceux qui le peuvent, de rester chez eux.

Comme maintenant.

Et je regarderais aussi étonnée qu’à présent toutes ces personnes qui ne pouvaient pas se permettre de rester chez elles. Qui voulaient absolument profiter de chaque minute pour faire comme les autres, pour aller avec les autres. Comme si elles ignoraient que dehors ou dedans, c’était sans importance puisque, à la fin, elles allaient mourir.

février 7, 2018

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.