Enfance

Je suis encore un enfant : seuls les détails les moins importants me restent à l’esprit.

Le parfum d’une écharpe qui n’appartient à personne. Que je porte sur moi.

Le froid du vent qui mord les joues au bord de la mer sur Susisaari.

Un prénom que l’on crie un été.

L’odeur de la petite pièce avec les boîtes de conserve dans le sous-sol de mes grands-parents. L’épicerie du coin.

Nos mains qui claquent forts, parce qu’un but a été marqué, là-bas, en bas, sur la pelouse lointaine.

Le rire fou et faux de celui qui fait semblant d’être heureux pour convaincre les autres qu’il va bien.

L’haleine chaude et puante du chien qui vient de courir pour me lécher les doigts. Juste derrières les thuyas.

La légèreté qui accompagne les sourires en coin de ceux qui se comprennent sans se parler.

Cette façon de détacher les lettres comme si elles ne pouvaient jamais s’hamorniser.

mai 15, 2016

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *