Envie d’ailleurs

Il avait troqué ses belles chemises bleues pour des t-shirts délavés. Il avait retrouvé des airs d’adolescent aux cheveux ébouriffés et à l’œil brillant. Il avait une boule de stress au creux du ventre et avait racheté des clopes comme en période d’examens. Il riait plus fort et parlait plus haut.

Il avançait rapidement sans trop lever les yeux. Il restait plongé dans ses rêves d’ailleurs. Il avait eu envie de tout quitter et l’avait concrétisé sur un coup de tête. Il trouvait ça excitant. Il regrettait presque.

Il entrait avec son portable sous le bras dans la pièce des responsables. Il avait quelques notes dans son carnet, calé entre l’ordinateur et le téléphone. Il souriait vaguement. Il pensait à l’entretien d’embauche qu’il avait eu la veille. Au contrat qu’il allait signer bientôt. À l’importance de la réunion à laquelle il assistait. Dont il se foutait. Au fait qu’il n’écoutait pas. Et qu’il ne lui restait plus que trois mois. Quatre-vingt-dix jours. Et sans doute une trentaine de réunions stupides. Pendant lesquelles il pourrait sourire en pensant à ses clopes et à son envie de ne rien faire.

Il rentrera un soir chez lui en emportant les quelques objets personnels qui s’étaient accumulés pendant les années. Le cadre avec la photo de sa femme et de sa fille, la petite plante se mourant d’étroitesse dans son petit pot et puis les quelques bonbons pour la toux qu’il avait amené un jour d’hiver et qui étaient restés, parce qu’on ne sait jamais. Il aura des papillons dans l’estomac et la certitude de quitter de belles années. De devenir adulte. Une nouvelle fois.

septembre 9, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.