Flou

J’ai faim. Engourdie. Ça bipe dans mes oreilles. Dehors, la pluie s’abat sur les vitres. Elle veut les briser. Détruire ce qui reste debout, là, près de la cathédrale. Créer le déluge. Comme avant.

La brume a envahi la pièce immense. On sent les lardons qui reviennent. J’attends la pause dans l’incertitude. Il doit faire froid, peut-être. Je ne m’en rends pas compte. J’entends des voix chaudes dans ma tête.

Je souris à l’ordinateur et me concentre sur les syllabes. F comme Sophie et S comme François.

Je repense à ceux que je connaissais. Elle s’est mariée. Il est dirigeant dans une entreprise quelconque. Peut-être m’appelleront-ils un jour, sans savoir. Un peu comme dans Bye Bye Lenin, je leur proposerais deux cheeseburgers. En sachant et en les remerciant. Je sourirais. À eux, à l’écran, à rien.

Un air bizarre est en suspension dans la pièce. Des nuages de mécontentement prêts à exploser. Un orage au dedans s’ajoutant à l’orage du dehors. Craquements et flashs. Peut-être n’est-ce qu’une impression.

Ça sonne occupé sous mon crâne. Mes doigts tapent des mots qui ressemblent à des chiffres. Le clavier est flou. Je vois des codes qui ne veulent rien dire et comprends des mots dans des langues lointaines. Je voudrais avoir quelque chose à dire. Des vitamines à prendre.

Je dors sous des morceaux de ciel. Étrangement.

novembre 11, 2014

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *