Hiver

Je mets les mains dans mes poches pour me raccrocher à la chaleur. Il y a ce nuage blanc qui sort d’entre mes lèvres quand je parle. Et ce bonnet sur ma tête qui me tient chaud.

C’est l’hiver.

Je le sais le matin quand les draps me découvrent pour me laisser, glacial. Je le sais le midi quand mes mains abîmées serrent ma tasse de café pour se réchauffer. Je le sais le soir lorsque, machinal, je remonte le radiateur pour retirer mon manteau.

Il fait froid.

Je le comprends lorsque la neige inonde les jardins. Je le vis lorsque mes doigts passent sur les vitres givrées. Je le respire lorsque mes narines frissonnent sous l’air qu’elles aspirent.

J’enfonce mes poings plus profondément dans mes poches pour vérifier s’il reste de la chaleur. Je n’y crois plus trop moi-même. Je ne trouve que le vent froid.

février 4, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *