Le chef

Il avait toujours raison, sans aucun doute. Il passait lentement dans les rangés en regardant les travailleurs. Ses travailleurs. Ces petites gens qui faisaient tourner la boutique sans se plaindre, sans le déranger. Il laissait ses yeux glisser sur les écrans d’ordinateur et sur les tables couvertes de signes. Des notes qu’il ne prenait pas le temps de lire.

Il n’entendait pas le son des téléphones qui sonnaient sans cesse.

Il se tenait bien droit, pour faire l’homme important. Il sortait rapidement de la pièce et entrait en coup de vent. Pour montrer qu’il avait beaucoup à faire et peu de temps pour les petits. Des détails de la vie de tous les jours qu’il laissait couler sur lui avec un sourire.

Il ne s’intéressait qu’aux choses véritablement importantes.

Il avait des dossiers dans les bras et un ordinateur portable qu’il ouvrait et fermait rapidement dans l’ascenseur pour éviter de devoir dire bonjour aux gens. Il gardait le regard baissé, les yeux dans le vague, sans pouvoir ni vouloir comprendre les mots sur l’écran éteint. Il traversait la cour pour se rendre d’un pas assuré vers le bâtiment des gens importants. Il s’asseyait en bas, dans la salle d’attente. À attendre que le temps passe et que son importance augmente. Il espérait vaguement que son ambition soit reconnue avant son incapacité.

janvier 13, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.