Le village

Il y avait quelque chose d’ailleurs dans le bois des maisons et sur les devantures des magasins. Un air alpin, des saveurs alpestres et la montagne à l’horizon.

Le village se languissait le long de la vallée avec dans sa mémoire des mots venus de loin et qui au delà de l’océan s’écrivaient sur les murs pour faire rêver les autochtones. Des sons de pierres qui roulent et de roches qui s’entrechoquent sous les pieds des voyageurs curieux. Avec des accents hispanophones et chantant pour faire rire le soleil qui ici ne se cachait jamais.

Une rivière coulait le long des pentes douces, après les chalets suisses, dans le sons des cloches des vaches et des brebis. Le lait existait à Villa Belgrano, mais c’était la bière qu’on venait y chercher, artisanale et douce comme en Bavière sous les dirndl.

La géographie se mélangeait aux us et coutumes de régions qui se confondaient. Il était difficile de savoir dans quelle partie du monde se trouvait le village aux rues étroites et au beffroi haut. Les touristes s’y perdaient qui ne savaient plus que prendre en photo.

Il y avait des ressemblances avec tout ce qui existait ailleurs. Avec la saveur du chocolat et la senteur de l’herbe humide sur des rives chaudes et agréables. Avec cette Europe lointaine qui s’oubliait si facilement.

 

#2

octobre 16, 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *