Retrouvailles

Il y avait un tunnel noir qui s’ouvrait sur la droite. Juste après le quai, quand la lumière s’éteignait. Et de l’air froid en sortait tourbillonnant dans un bruit de tonnerre.

Je fermai les yeux pour mieux compter les secondes.

Il y avait l’odeur de javel mal rincée qui se mêlait à celle de la pisse mal lavée. Des sceaux d’eau qu’on avait balancé ici et là pour faire semblant. Quelques éclaboussures sur les murs sales. Et l’odeur soulevée par des roues qui frôlent follement les glissières de métal.

Je rouvrais les yeux juste à temps pour voir les deux yeux de lumière blanche et hurlante se sauver hors du tunnel noir et envahir la voie dans le vent violent qui accompagne les tempêtes.

Je tremblai légèrement.

Je souris en m’approchant de la porte qui s’ouvrait en hoquetant. Qu’il faisait bon pouvoir prendreà nouveau le métro.

août 26, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.