Sourire

Il la voyait tous les jours à la cantine. Comme avant, lorsqu’il mangeait à l’école et qu’il partageait avec ses camarades de classe un repas étrange aux saveurs inimitables. Il faisait semblant, affirmant de ses pas sûrs que tout était normal. Qu’il ne la désirait pas et qu’il ne l’avait pas eu. Comme s’il ne la voulait pas encore.

Il souriait vaguement ; c’était lui le bel homme qu’on devait regarder. Il se concentrait pour parfaire son expression, pour ne pas que l’on remarque qu’il l’avait vu. Comme il faisait avec tous les autres collègues assis dans la cantine. Avec toutes les autres femmes qu’il croisait çà et là. Sauf qu’avec elle, ses yeux restaient en alerte, son regard s’attardait sur son assiette, ses souvenirs remontaient par vagues.

Il y avait, dans un coin de son esprit, la douceur de ses courbes et l’odeur sauvage de son parfum. Ses mains sur sa peau. Ses doigts sur son corps. Ces baisers qu’ils s’étaient donnés et qu’il voulait reprendre.

Il la déshabillait tendrement en laissant ses idées glisser sur son chemisier plongeant et sur sa jupe courte. Il s’asseyait à une autre table, plus loin, le plateau à la main, avec la ferme intention de la garder dans son champ de vision. Pour vérifier ses gestes et ses paroles. Pour être bien certain qu’elle lui appartenait encore. Peut-être.

novembre 12, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.