Viaduc du Polcevera

Il est haut et beau, comme en construction.

Deux rampes de lancement qui se rejoigneront un jour pour former un pont au dessus des voies de chemin de fer et des zones industrielles. Il y a déjà les pylônes qui s’élancent fiers dans le ciel vers un ruban qui prolonge la route dans les airs. Des triangles de métal se succèdent vaguement.

C’est une architecture un petit peu vieillotte, qui a dû être à la pointe de la nouveauté dans les années 1960, et que l’on ressort de temps en temps pour faire comme avant. La nostalgie du temps qui passe si vite et qui abîme les sentiment. Et les ponts autoroutiers.

On y voit le symbole du futurisme et les lignes droites épurées sur lesquelles le soleil a joué si souvent. On attend de voir la grue et les pelleteuses jaunes qui s’affaireraient pour terminer la construction. Un panneau grand écrit en italien avec un drapeau européen, une aide financière à plusieurs zéros et une date de fin. Et tous les espoirs qui s’expriment sur le désengorgement des chemins vieillissants.

On imagine les photos de la prouesse, sous le ciel haut et bleu comme il n’existe qu’en Italie.

Il fait gris, il pleut et il vente sur les photos qui inondent le monde. Au bord du gouffre, un camion vert a les phares allumés et le conducteur en état de choc. Devant lui, l’œuvre n’est plus finie. Elle s’est écroulée.

Sous lui, des voitures en carcasse s’entremêlent aux voies de chemin de fer et aux zones industrielles. Il y a un bric-à-brac comme dans les vides greniers. Quand on sort tout ce qui faisait la fierté d’antan, un peu rouillé, plus trop utile. Vieilli et usé, presque dangereux.

Des hélicoptères font du bruit qui ne se voit pas sur les photos. On comptent les morts et les blessés. On cherche les coupables qui ne sont pas là. On regarde le pont et son trou béant sur le rien en mettant en place la déviation, tranquillement, parce que l’affolement ne changera rien. Et en pensant aux chemins anciens qu’il va falloir se réapproprier.

Il est bas et ras, comme en destruction.

août 19, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.