Visiteur

La maison illuminait la rue obscure. Il faisait froid dans le souffle d’octobre. Quelques feuilles mortes luttaient encore avant de disparaître complètement. Elles étaient mouillées, saccagées sur le sol humide et glacé. Et les regardant de toute sa hauteur, la maison lumineuse se riait du temps du dehors.

Une voiture était garée devant. Et puis une kyrielle de vélos.

Quand la porte s’ouvrait, le bien être inondait le visiteur. Il y flottait une odeur de pain que l’on vient de sortir du four et de joint que l’on vient d’allumer. Les murs étaient maquillés de dessin home-made avec des feutres et des fusains. Des mots qui ne se comprenaient pas avaient été déposés par inadvertance entre les formes. Des lettres jetaient au hasard d’un mot fléché géant et illogique qui guidai les pas dans l’escalier.

Premier étage. Salle de bain et première chambre. Celle de la colocataire aux herbes ciselées et aux cigarettes longues.

Deuxième étage. Chambre à gauche et chambre à droite. Avec les colocataires souriants et leur home-cinéma. Celui qui aiment les films violents, celui qui préfère les romances. Et puis la Playstation qu’on se passe de chambre en chambre en fonction des besoins.

Troisième étage. Le chat d’Alice qui sourit éternellement en noir et blanc sur le mur gris. Et une dernière chambre qui sent bon les histoires interdites et les jeux secrets. La lessive propre et les bouteilles de vins. Et les rires de porcelaine qui laissent du temps aux souvenirs.

octobre 8, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.