Voisinade

Ils étaient venus là sans vraiment le prévoir. Ils avaient ouvert leur porte un peu par hasard et avaient découvert que d’autres, comme eux, voulaient profiter du soleil, de la bonne humeur et du temps qui s’allonge quand l’été se respire.

Ils étaient restés là, coincés entre les murs, les arbres et les chips que quelqu’un avait trouvé dans un placard. Un bout de saucisson et trois tomates faisaient de l’oeil aux cacahouètes qui passaient de main en main.

Et comme la fumée d’un feu de bois, des conversations montaient doucement dans le souffle tranquille de juillet. Passionnantes et passionnelles, parfois tristes, tragiques ou dramatiques. Ils échangeaient avec celui qui quelques heures avant n’était encore qu’un voisin anonyme. Des verres de vin avec du fromage, une baguette de pain coupée avec les doigts. Et des rires et des éclats joyeux qui allaient chatouiller les oreilles des oiseaux, là haut, très haut dans les branches vertes des arbres en fleur.

Et près de ces voisins bavards, des automobilistes effrayant roulaient dans un slalom interdit, prêts à rompre la belle harmonie d’un dimanche midi improvisé.

 

#6

juillet 17, 2016

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *