Voyage intersidéral

Découverte et yeux en soucoupe.

Bonjour, bienvenue à bord. Par ici les escaliers. Oui, juste là. Prenez à droite, montez les quelques marches. Le vaisseau prendra son envol une fois le monde parmi nous. Les toilettes en dessous, la bière sur le côté. Pensez à votre carte, à vos tickets. Pensez au temps d’attente, à la durée limitée et profitez-en. Suivez-moi et suivez mon regard.

Photos avant, photos après, photos pendant.

Au fond, là, tout à droite, ce sont les vrais, les fauves, les fous. Ceux qui chantent, qui savent comment et qui reconnaissent pourquoi. C’est eux qu’il faut suivre de loin, des yeux. Étonnez-vous de leur superbe lorsque, comme un seul homme et sans prévenir, ils sautent et font des vagues. Appréciez leurs applaudissements et leurs sifflets. N’hésitez pas à les imiter.

Bouche étonnée et oreilles aux aboies.

Tournez-vous sur votre gauche à présent. Parqués derrières les barbelés, avec drapeaux et tambours, les méchants. La bave aux commissures des lèvres, l’œil sanglant. Ils attendent que la station décolle pour lui en coller une bonne. Ne vous inquiétez pas, je vois déjà les enfants qui se cachent sous les jupons de leurs mères, non, vraiment, n’ayez pas peur : les vrais Bleus qui font mal et qu’on achève sur le terrain comme dans les cieux, c’est pour plus tard, pour dans dix jours. Ceux présents ici font juste semblant, les dents limées, les poings dans les poches. Ils rient quand on les tape.

Haussement d’épaules qui va bien.

Mais asseyez-vous donc, n’attendez pas. Bientôt le spectacle va commencer, les cris, la foire, le feu, le sang. Entendez-vous déjà la musique trop forte et ne sentez-vous pas l’alcool trop lourd ? Les hurlements vont arrivés, les confettis vont s’envoler. Et notre belle soucoupe quelque peu désertée va décoller en douceur, tranquillement. Elle sourira à vos proches restés sur la terre ferme, noire et jaune depuis son septième ciel.

Fesses collées au plastique, confort dans les chaumières.

Voilà, c’est ça, faites comme si vous étiez chez vous, comme si vous saviez de quoi je vous parlez. Riez avec votre tricot tout neuf sur le dos et approchez vos doigts d’un rêve qui vous distrait. Échangez avec votre voisin et demandez-lui discrètement, entre deux remarques sur le soleil et sur la pelouse, mais au fait, c’est quoi un hors-jeu ?

octobre 28, 2015

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.